L’importance de la spécialisation des traducteurs

Confier vos textes d’entreprise à un logiciel de traduction automatique peut s’avérer dangereux. Il n’est pas conseillé non plus qu’un professionnel traduise des contenus dans une langue qui ne soit pas sa langue maternelle, et il doit se centrer sur ses domaines de spécialisation.

L’importance de la spécialisation des traducteurs

Quelle que soit sa formation universitaire, un bon traducteur poursuivra sa formation tout au long de sa vie professionnelle, puisant des informations utiles dans toutes sortes de sources : revues, formations, congrès et, bien sûr, son travail quotidien. Il n’a pas besoin d’atteindre un niveau de formation tel qu’il puisse exercer la profession de son domaine de spécialisation (bien que de nombreux traducteurs ont une double formation, technique et linguistique) ; il lui suffira de comprendre et de savoir interpréter le vocabulaire spécifique des textes à traduire pour utiliser la terminologie et le jargon du public auquel ces textes sont adressés.

Pour parfaire ses connaissances, rien de tel que de pouvoir consulter des spécialistes de son domaine de spécialisation, avec lesquels il peut résoudre d’éventuels problèmes de compréhension linguistique. Le tandem formé par un linguiste et un spécialiste est, sans aucun doute, voué au succès, car il permet d’associer une rédaction de qualité et le jargon spécialisé.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, un traducteur professionnel fait part de ses doutes à son client. S’il ne comprend pas une phrase ou une expression où s’il hésite entre deux expressions, il en parlera à son client et à ses collègues pour savoir quel est la meilleure solution compte tenu du contexte.